AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ≡ nobody said it was easy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bram Czerny
be yourself no matter what they say.
avatar

Messages : 325
Date d'inscription : 07/06/2015
Multinicks : roza lance.
Id Card : jamie dornan - soapflakes (avatar). - tumblr (sign).
Pseudo : l'oisillon bleu.
Age : twenty-nine yo.
Job/studies : english literature professor.
House : former member alpha phi alpha.
Status : single father.

WINGS OF A DREAM.
Money: $$$$$$.
Contacts:
Disponibilité : (dani, armie, shepp, amy).

MessageSujet: ≡ nobody said it was easy.   Mer 29 Juil - 14:21




czerny, bram.
it takes a man to suffer ignorance and smile
be yourself no matter what they say

credits © dailydornans/tumblr.

◮ postcards and polaroids.
PRENOM(S) NOMNé sous son prénom de naissance Abraham, ces parents ont néanmoins tenus à le garder comme un petit souvenir, un détail qui forge le début d'une vie. Bram Nate Czerny. Il porte le patronyme de l'un de ses paternels, dont il demeure fier quand à son deuxième prénom il s'inscrit à la suite d'une tradition de famille puisqu'il s'agit de celui de son grand-père adoptif.
AGE, DATE ET LIEU DE NAISSANCE ▪  Les années passent mais ne se ressemblent pas mais l'âge est bien là. Natif de la capitale danoise, c'est au cours du mois de décembre soit le vingt-neuf que le jeune homme a vu le jour. Bientôt la trentaine certes mais actuellement encore vingt-neuf années. Ah qu'est-ce que l'on devient vieux après tout.
ORIGINES ▪  C'est en prenant connaissance de ses papiers d'adoptions, il y a de cela plusieurs années en arrière qu'il découvre la nature de ses origines. Il possède des racines danoises et britanniques du coté de ses parents biologiques. Des racines qu'il n'a jamais mis de coté bien au contraire.
STATUT CIVIL ▪  Une famille comme la sienne ne peut qu'être une raison d'avoir l'esprit ouvert et il en demeure très satisfait. Les histoires de cœur ont toujours perdurées, Bram n'étant le cœur d'une seule et unique femme. Autrefois marié, la vie balaye tout rapidement et aujourd'hui veuf depuis près d'un an. Père d'une petite fille de bientôt trois ans, cette dernière reste sa priorité.
ETUDES/METIER(S) ▪  Après un cursus en littérature anglaise, ainsi qu'une formation supplémentaire en Europe Occidentale, il enseigne désormais en tant que professeur. Un retour au bercail, où le domaine de la littérature anglaise reste sa matière de prédilection. En terme de statut financier, histoire de ne pas tourner au tour du pot, il gagne bien sa vie. ($$$$$$)
CONFRERIE ▪  Il était autrefois membre de la confrérie que forme les Alpha Phi Alpha et ce durant cinq années avant qu'il ne parte parfaire ses études à l'étranger.
TRAITS DE CARACTERE ▪  écrire votre réponse ici, (4 qualités, 4 défauts mins.)  
GROUPESt Acius.

◮ do it now, regret it later.
Que pensez-vous des confréries en général ? C'est comme un refrain instauré depuis des générations, qui découlent de traditions, de fierté et parfois pour une simple question d'honneur et d'hérédité. A l'image de beaucoup de jeunes étudiants, Bram a rejoint une confrérie non pas pour suivre le mouvement de ses liens de parentés - mais surtout par une envie d'esprit de solidarité et également de choix Ancien membre de la confrérie que forme les alpha phi alpha, il a passé d'excellents moments et conservent de bons souvenirs de ses liens étudiants. Néanmoins, il émet des bémols nécessaires sur certaines règles et comportements des membres des différentes confréries qui bien souvent nuisent à l'image des idées qu'ils défendent. Aujourd'hui, il a bien l'impression que bon nombre de choses ont changés, il le constate chaque jour un peu plus.
Que pensez-vous de la décision d'augmenter le quota de bourses? Le jeune homme est particulièrement favorable à cette idée de la part de l'administration. Il défend cette politique d'intégration et n'hésite à la soutenir avec une conviction raisonnée. La mixité des différents élèves et milieux permettant un apport plus que gratifiant à l'ensemble de l'établissement mais également pour chacun des étudiants inscrits  à St Acius.

Partie nfacultative. C'est dans cette partie que vous allez décrire ce qui fait que votre personnage est si spécial. Ses tics, tocs, habitudes, ce qu'il aime faire, ce qu'il n'aime pas faire, les plats qu'il déteste ou les aliments auxquels il est allergique, on veut tout savoir ! Vous pouvez la présenter sous forme de listing ou décrire une habitude en profondeur, c'est comme vous le sentez.

Spoiler:
 

_________________
the moment that you wander far from me, i wanna feel you in my arms again, and you come to me on a summer breeze keep me warm in your love and then softly leave.  w/ bee gees.


Dernière édition par Bram Czerny le Ven 14 Aoû - 18:15, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bram Czerny
be yourself no matter what they say.
avatar

Messages : 325
Date d'inscription : 07/06/2015
Multinicks : roza lance.
Id Card : jamie dornan - soapflakes (avatar). - tumblr (sign).
Pseudo : l'oisillon bleu.
Age : twenty-nine yo.
Job/studies : english literature professor.
House : former member alpha phi alpha.
Status : single father.

WINGS OF A DREAM.
Money: $$$$$$.
Contacts:
Disponibilité : (dani, armie, shepp, amy).

MessageSujet: Re: ≡ nobody said it was easy.   Mer 29 Juil - 14:21


come up to meet you, tell you i'm sorry
i had to find you, tell you i need you
running in circles, coming in tails

Assis dans un des fauteuils de la salle des professeurs, lunette de vue sur le bout de ton nez, tes doigts s'activent sur le clavier de ton ordinateur portable. La préparation du prochain devoir ne manquait une fois de plus de faire appelle à ta concentration. Les écrivains et les mouvements littéraire ayant toujours captiver ton attention et te passionner. La porte s'ouvre laissant entrer le flux des bavardages des étudiants qui passaient dans le couloir avant de se refermer. Tu considères le visiteur d'une œillade furtive avant de reconnaître Ansel tenant un pile de copies d'une main et deux gobelets de cafés de la cafétéria de l'autre. Il dépose son fardeau de papiers sur la table basse avant de te donner ton café aux noisettes. « On voit que c'est bientôt la session des examens de fin d'année ... ». Oui à n'en point douter, c'était même l'une des plus bruyantes parmi tant d'autres. Tu esquisses un sourire amusé tout en remerciant ton ami pour le boisson chaude. « Et encore ce n'est que le début crois-moi. ». Voilà un peu moins de deux années que tu enseignais à  St Acius, une université que tu connaissais plutot bien pour y avoir toi-même était élève il y a de cela quelques années en arrière. Le doyen t'avait proposé une place qui tombée à point nommé après le décès de ta femme, un moyen rapide de tourner la page mais surtout de reprendre une dynamique de travail. Une place de choix en tant que professeur mais aussi proche des membres de ta famille. Ansel s'installe sur le fauteuil situé en face du tien, savourant sa boisson entre deux cours. L'emploi du temps – respectif de chaque enseignant – était plutôt lourd et bien remplit cette semaine. Le timing était loin d'être adéquate et simple mais comme beaucoup de tes collègues, tu faisais partie du corps enseignant qui restait à disposition de ses élèves en cas de besoin et de cours supplémentaires. Des élèves excellaient savant gérer les festivités et leurs cours mais d'autres tout au contraire perdaient pied. « J'ai vu Dani hier soir. ». Une phrase des plus simples mais qui te coupe légèrement dans ton élan d'écriture, figeant tes doigts au dessus du clavier. Dani figurait parmi tes amis les plus proches, pour ne pas dire les plus importants.   Difficile d'occulter le nom de celle avec qui tu avais grandit et partager tant de choses, compliqué d'oublier son silence au bout de plusieurs années. Et contre cela tu étais en colère. La pilule avait bien du mal à passer. Elle n'avait donné aucun signe de vie après son départ et rien depuis la disparation de Beth. Tu t'étais posé bon nombre de questions avant de laisser tomber. Le temps filait bien trop rapidement que tu le perdes. « Et ? ». Lui demandes-tu en relevant la tête pour le regarder en face. Ta voix est sérieux mais posée mais assez pour savoir que tu en envie de changer sujet rapidement. « J'aurai pensé que tu aurais aimé le savoir c'est tout … ». Tu hausses les épaules avant de reprendre le rythme de frappe rapide sur les touches du clavier. « J'espère que tout va au mieux pour elle et qu'elle est heureuse ni plus, ni moins. C'est tout et la parenthése se ferme là. ». Ansel est sa conscience tranquille terminent leur gobelet de caféine avant de reprendre de but en blanc. « Elle a divorcée il y a quelques mois. ». Une autre manière de te dire qu'elle était loin d'être heureuse. « Et j'ai perdue la mère de ma petite fille. ». Rétorques-tu toujours sur la même intonation calme sans quitter l'écran des yeux. Tu avais beau le nier, le retour de Dani te mettait en colère et après tout seules les montagnes ne pouvaient se rencontrer.

we watch the day go by stories of all we did
they made me think of you

Courir. C’était le même cercle depuis toujours. Le même cycle d’autant plus prononcé depuis le décès prématuré de celle avec qui tu partageais ta vie, celle qui t’avais offert la possibilité d’être un père. Un rôle que tu avais du mal à exprimer tellement il t’inspirait la crainte de ne pas être à la hauteur, d’être ce pilier sur lequel ton enfant ne pourrait se reposer, manquer de confiance bien que la conviction soit présente. Beth avait la foi. Non pas en une croyance divine mais en votre relation et surtout en toi. Elle était la source de confiance en l’avenir et ne cessait jamais de croire même lorsque la situation était désespérer. Tu reconnaissais bien là, la jeune femme médecin passionné et humaine dans sa plus belle simplicité. Votre fille venait de fêter ses vingt-quatre mois. Une petite tête brune aux boucles souples et yeux d’anges de couleur bleu corail. Lilas n’aurait jamais l’occasion de connaître celle qui lui avait donnée la vie, mais tu ferais en sorte qu’à travers vos vestiges communs et antérieurs elle puisse apprendre à la connaître. Courir. C’était la même rengaine tous les jours en matinée. Cette habitude te permettait d’évacuer la moindre nuance de sentiment de colère et d’injustice, une manière de faire ton deuil. Tu n’en parlais jamais que cela soit à ton frère, ou encore à tes parents. Courir c’était extérioriser tout cela, ne pas le garder encré en soit. Alors que tu accélères un peu la cadence pour remonter la rue, tu remarques qu’un nouveau locataire s’apprête à emménager dans votre immeuble. La capuche de ta veste recouvre ta tignasse légèrement en bataille, résultat d’un temps pluvieux mais tu l’enlèves lorsque tu rentres à l’intérieur du bâtiment, montant les escaliers jusqu’à, montant les escaliers jusqu’à l’appartement que tu partages avec ton meilleur ami. Deux hommes et un bébé dans un même logement, cela avait de quoi faire parler les voisins. Personnellement tu t’en contrefichais royalement. Une fois à l’intérieur, ton cellulaire vibre comme un bourdon en foire et tu décroches bien évidement. Au lieu de dispensé une heure de cours, tu en aurais deux. « Alors, la journée commence sur les chapeaux de roues on dirait !? ». Tonne ton camarade d’une voix étouffée de rire tout en te donnant la petite dans les bras. Tu secoues la tête doucement en levant les yeux au ciel. Vous étiez très proches et bien que différents de traits de caractères, ces derniers vous rendez d’autant plus complice et ce depuis l’enfance. « Décidément oncle Rhett est irrécupérable ! ». Tu t’aventures dans la cuisine en installant Lilas dans sa chaise, la petite fille souriant de ses joues légèrement potelées. Elle attrape le bout de tes doigts de ses petites mains tout en t’appelant papa. La sonnette d’entrée retentit et de concert toi et ta fille tendaient le cou en direction du couloir. « Amy est arrivée ! ». Dit-il assez fortement pour que tu puisses entendre avant de quitter l’appartement. La jeune femme fronce légèrement les sourcils avant de rire amusé. Amy était la baby-sitter de ta fille et la complicité entre ces deux-là était empreinte de confiance et de bienveillance. Elle était serveuse et quelques années vous séparez mais tu avais pleine confiance en elle sans la moindre hésitation. Néanmoins tu étais quelque surpris de la voir débarquer lors de son jour de congé. Elle s’avance dans la cuisine, l’air plus ou moins gêné. « Je dérange, je suis désolé. ». Tu réponds d’un signe de tête négatif avant de donner une cuillère de yaourt à ta petite puce. « Mais non pas du tout, tu sais que tu es toujours la bienvenue ici. Tu as oublié quelque chose ? Il y a un souci ? ». L’interroges-tu tout en couvant ta fille d’un sourire paternel avant de reporter ton attention sur la jeune femme. Elle esquisse un sourire timide bien que maigre au coin de la bouche. Elle conserve le silence, comme si elle semblait réfléchir et hésiter avant de se raviser. En l’observant, tu en comprends bien davantage que la parole pourrait en révéler. Difficile néanmoins de savoir de quoi il en retournait. « Non, aucun souci rassure-toi. Je voulais juste rapporter la peluche de Lilas, en la ramenant hier j’ai oublié de l’enlever de mon sac. ». Déclare-t-elle rapidement tout en caressant la chevelure de la fillette. Tu reportes ton attention sur Amy la voyant songeuse à son problème et plutôt mal à l’aise. Un rire t’échappe alors que tu te lèves pour débarrasser la table. Lui tournant le dos, les mains dans la vaisselle elle débite de but en blanc. « En fait si j’aurais besoin d’une faveur, et je me sens mal de te demander ça mais tu ne voudrais pas m’accompagner au mariage de ma sœur ? ». Son timbre manque de souffle, son expression gênée et hésitante alors qu’elle hausse les épaules un rire malgré tout accroché à ses lèvres. Tu te retournes légèrement pour l’apercevoir en la regardant mi rieur mi silencieux. La situation était digne d’une comédie aux accents de vérité.

_________________
the moment that you wander far from me, i wanna feel you in my arms again, and you come to me on a summer breeze keep me warm in your love and then softly leave.  w/ bee gees.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
≡ nobody said it was easy.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» easy come easy go ♠ jesse st james
» EASY CANICHETTE NOIRE 7 ANS TRESOR DE VIES 59
» Jake Aaron Buckley
» LILY ❝ easy as a kiss we'll find an answer.
» Je sais... vous en avez marre de mes problèmes de site web...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paths of glory :: I - ALL THE LITTLE THINGS. :: FICHES PRESENTATION-