AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 hold me with your burning hands (r/shepp)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: hold me with your burning hands (r/shepp)   Ven 14 Aoû - 23:52

hold me with your burning hands and let fire decide our fate, I don’t know how long will it take till the grounds fold me in but I want to turn to ash in your hold.

Ces cheveux sont un cas désespéré, officiellement. Après plus de vingts minutes à tenter de les fixer, Stasy se résigne à prendre une élastique pour cheveux pour se faire une queue de cheval plus ou moins basse. Son reflet dans le miroir ne projette pas réellement une soeur de Kappa Kappa Gamma, mais, orf tant pis. Son regard se perd dans le néant qui se présente à elle dans la glace. Ces pensés se redirigeant sur cette conversation de la veille avec Katy, sa meilleure amie qui après une année à St-Acius avec elle, avait décidé de partir pour Londres. Abordant le sujet, une mainte fois, de l'ami qui flirt avec elle. Décidé de ne pas tomber dans le piège et étant certaine qu'elle se faisait des illusions, Stasy avait balayer d'une main les paroles de son amie. L'année recommençait, et après un été chez elle avec sa famille, elle était surexcité de reprendre les cours. Sans jamais arrêter le contact avec son meilleur ami, bien évidemment, l'année avait repris de bon pied et avec assurance. Déjà sur le campus depuis deux semaines, se préparant pour le nouveau recrutement des Kappa Kappa Gamma, ainsi que pour une nouvelle année d'études approfondi dans un domaine sublime! Stasy regarde son reflet une nouvelle fois avant de se diriger dans sa garde-robe. Le choix est tel, qu'elle ne sait pas exactement quoi revêtir. Son regard se porte finalement sur ce jumpsuit blanc avec de la dentelle au niveau du bas de pantalon - court - un col en V laissant entrevoir un peu de poitrine - elle avait prit la décision lors de sa dernière séance de shopping avec Katy avant qu'elle ne reparte à Londres, de prendre des vêtements un peu plus sexy, mauvaise décision par ailleurs - et le tour est joué. Elle se regarde finalement une nouvelle fois, soupirant en réalisant que ce n'était vraiment pas son style. Elle devait apprendre à ne pas faire confiance à Kate. Elle l'induisait en erreur. Stasy prend donc son porte-feuille pour ne pas trainer de sac à main ainsi que ces clés et se dirige vers sa Toyota afin de se rendre sur Pacific Avenue. Shepp lui avait parler d'un nouvel appartement, et elle mourrait à l'idée de le voir. Peut-être même qu'il lui donnerait la piqure et elle forcerait un peu afin de le convaincre de l'héberger 'temporairement'. Ainsi elle pourrait voler sa glace au triple chocolat sans se sentir coupable, lui servant l'excuse de la colocation. Stasy envoie un Snapchat à Katy de son look final dans la voiture avec l'indiquation "whore much?". Son amie lui répond seulement lorsque le coeur palpitant d'excitation elle se rend à l'appartement de Shepp. "the prettiest prostitute tho" est sa réponse qui laisse un roulement de yeux sur son regard alors que la porte s'ouvre. Un large sourire sur le visage Stasy saute dans les bras de son meilleur ami ne lui laissant pas le temps de dire un mot. « I missed you so much! » Elle relâche un peu l'étreinte et sourit, ces yeux formant un plis. « Show me everything! » Dit-elle refermant la porte derrière elle, ayant oublié sa tenue.
Revenir en haut Aller en bas
Newt Gecko
― no guts, no glory.
avatar

Messages : 267
Date d'inscription : 02/07/2015
Id Card : kj apa (©hershelves).
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-two.
Job/studies : senior, history major.
Status : frostbitten.

WINGS OF A DREAM.
Money: trust fund baby.
Contacts:
Disponibilité :

MessageSujet: Re: hold me with your burning hands (r/shepp)   Sam 15 Aoû - 2:02


mouth like a bruise, like something that gets
under the skin. mouth like where the hell did
she come from?
do you love her or do you just
not want to kiss anyone else?

Ça a semblé facile. Les meubles viendraient en kit avec un joli manuel illustré, il n'aurait plus qu'à le suivre à la lettre. Des milliers de personnes montent ces meubles tous les jours et il n'ont certainement pas tous un QI aussi élevé que le sien. Ça allait être gâteau. Il a eu tord. C'est horrible, il est totalement perdu. Tous ces clous, toutes ces attaches. Et les instructions ne sont même pas claires, il y voit des lacunes et des contradictions aberrantes. Une douleur dans sa main gauche, une goutte écarlate sur le parquet luisant. Clou de spectacle, il parvient même à se blesser. Il amène l'égratignure à sa bouche, goûte le fer sur le bout de sa langue, alors qu'il tente de se rappeler dans quel carton se trouve sa boîte de premier secours. Ça lui revient à l'esprit : il n'a pas de boîte de premier secours parce qu'il n'a pas pensé à s'en procurer une, parce qu'il ne pense jamais à ce genre de choses. Il pousse un long soupire. Un génie qui résout des problèmes de physique atrocement compliqués en un éclair, incapable de monter un meuble de chez Ikea, incapable de tenir un marteau correctement. Alors qu'il arrive à l'évier de la cuisine pour passer son doigt sous un courant d'eau froide, il se dit qu'il aurait peut-être mieux fait de rester à la résidence, après tout. Rien à construire à l'horizon et il pourrait même convaincre un première naïf de faire le sale boulot pour lui. Mais il a voulu son propre espace, un qu'il n'aurait à partager avec quiconque, à lui et rien qu'à lui. Son toit, ses règles. Quelle idée stupide. Trois coups secs à la porte lui annoncent qu'il a de la compagnie. Il s'en va accueillir l'invité surprise en marmonnant dans sa barbe, se demandant s'il est trop tard pour récupérer la caution de l'appartement. Il a peine le temps d'ouvrir la porte qu'on lui saute à la gorge. Pris dans une étroite presque étouffante, il ne lui faut pas longtemps pour comprendre que la silhouette filiforme n'est d'autre que celle de Stasy Malster, ou autrement dit le bourreau de son cœur et le fantasme absolu. Il reste droit comme un I, avant de finalement passer un bras autour de sa taille.  « I missed you so much! » Il peut presque observer ses soucis précédents s'évaporer dans l'air, les voir fondre comme neige au soleil. Tout paraît tellement futile face à une Stasy qui lui dit qu'il lui a manqué. Il repense à cet été où il s'est torturé à éviter ses appels, à répondre à ses messages après quelques jours. Tout ça pour qu'elle remarque son absence, tout ça pour lui manquer un peu plus en espérant qu'elle se rende miraculeusement compte qu'elle aussi folle de lui qu'il est fou d'elle. « Show me everything! », dit-elle en refermant la porte. Il recule  d'un pas et prend joyeusement la perche qu'elle lui tend. « You mean now, right now? Wow, you really did miss me, didn't you? » dit-il en relevant légèrement son t-shirt au-dessus de son ventre, exposant ses abdos bien formés, au sourire en coin fermement fixé sur ses lèvres. Il n'aurait habituellement pas la confiance nécessaire pour faire une telle chose, mais il avait passé l'été au bord de la mer à s'adonner à de nombreuses activités sportives au soleil, dont notamment le surf et son corps tout en muscles dorés en est le manifeste. « Oh, you meant the appartment? Well, I could show you that too » dit-il en laissant son haut retomber, feignant (à moitié) la déception. Il s'avance vers le salon, Stasy sur les talons, qui n'est pour l'instant qu'un vaste espace non-utilisé si ce n'est  pour le matelas à même le sol qui lui sert de lit. Au moins, la baie vitrée lui confère une jolie vue sur la ville. « I'm still in the process of decorating. But you know, less is more. » Dans le cas présent "peu" est en fait rien du tout. Il se tourne vers elle et avec le recul il remarque qu'elle porte une tenue plutôt légère, assez peu caractéristique de ses vêtements habituels. « By the way, this is a very nice outfit. Very, Very, super nice outfit. Love it », dit-il en bégayant légèrement. L'effet Stasy. Si effectif et pourtant manifestement invisible aux yeux de la belle brune. Les déclaration d'amour sont quotidiennes, et pourtant elle ne les entend pas. « Make yourself at home, but I guess I don't need to say that anymore. There's icecream in the freezer. Triple chocolate, just the way you like it. »

_________________
look: let’s go and splinter the stars.
let’s run until we can fit the light in our bodies
and teach it not to escape anymore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: hold me with your burning hands (r/shepp)   Sam 15 Aoû - 2:43

Ces bras serrent avec le plus de force qu'elle le peu le corps du blond en face d'elle. Ces yeux maintenant fermer alors qu'elle appréciait avec satisfaction son odeur corporel. Un mélange de savon pour le corps et de soleil. Sa tête venant doucement se frotter contre sa tête, elle remarqua en ouvrant les yeux sa peau plus brune qu'à la normale. Beaucoup plus. Et visiblement, elle pouvait sentir ces bras devenu musclés l'entourant à la taille. Si cette accolade lui plût, cette pensée retourna très vite de là ou elle venait. Ils n'étaient que des amis, pas plus. Pas vrai? « You mean now, right now? Wow, you really did miss me, didn't you? » Stasy ne peut s'empêcher de rouler les yeux de façon exemplaire. Elle le fixe, ces yeux noisettes tombant finalement sur le torse musclé de Shepp. Ces abdominaux bronzés, définis, amenant sa bouche à créer plus de salive, ces yeux à s’agrandir. Perdu dans cette admiration déchainé, elle s'imagine toucher à ce corps de rêve, passant une main vague et douce sur son torse, ces lèvres touchant aux siennes dans une danse enivrante. Comme un verre d'eau lancé en plein visage, elle se réveille à nouveau un peu avant d'entendre la voix de Shepp s’élever. « Oh, you meant the appartment? Well, I could show you that too » Elle ravale sa salive durement, d'une façon amère et fort vexé. La vision qui s'était offerte à elle était digne du paradis. Jamais auparavant elle n'avait remarqué à quel point ils étaient si différent au niveau du physique. Alors qu'il faisait attention à son apparence, elle se laissait aller, préférant plutôt être conservatrice et ne pas trop en montrer. Sa déception est telle, qu'elle se surprend à le traiter d'imbécile dans sa tête. Mais surtout de tricheur, tentant de l'amadouer avec ces abdominaux bronzés et musclés, créant cette envie susurrante dans son bas ventre. « I hate you. » Murmure-t-elle dans des paroles à peine audible qu'il a certainement dût entendre. Un sourire parfaitement blanc sur le visage (et moqueur parce qu'il s'agit de Shepp, qui adore la torturer pour son simple plaisir) accroché ne voulant plus partir. L'idiot est fier de lui et de sa réponse. Bien joué, pense-t-elle. « I'm still in the process of decorating. But you know, less is more. » Elle hausse les sourcils en découvrant le matelas au sol, et la pièce remplit de boîte et de meubles non-assemblés. Il vient à peine de déménagé, donc. Un sourire compatissant sur les lèvres elle se retourne vers lui afin de vérifier qu'elle se souvient de chaque tâche un peu plus azur dans ces yeux. « By the way, this is a very nice outfit. Very, Very, super nice outfit. Love it » Elle écarquillent les yeux, incertaine d'avoir bien entendu. Est-il délurant? Sûrement une fièvre. A-t-il attrapé la folie passagère? Cette partie de lui, est toujours déstabilisante, et les deux mois sans lui, avait forcément eu un impact sur son mental. Stasy n'était pas préparé à ce que Shepp reprenne avec habilité sa façon de flirter avec humour. Réalisant ces paroles, et sa tenue, elle tente de cacher le plus de peau avec ces bras et ces mains, rougissant en quelques secondes et devant sûrement écarlate. Croisant les bras elle réalise qu'il s'agit de la pire idée, remontant sa poitrine pour quiconque aimerait la voir. Elle baisse rapidement les bras sentant un long malaise s'emparer de tout son corps. Elle doit pensé à autre chose, se divertir quelque secondes la tête pour oublier cet accoutrement indigne de la parfaite étudiante qu'elle est. Stupide idée. Ces pensés divague avant de se reposer sur l'admiration de ces abdominaux maintenant en dessous de son t-shirt, malheureusement. « Hum.. thanks. I-hum. I did shopping with Kate. I wanted to upgrade.. » Elle prend une seconde et secoue la tête. « I feel naked. » Dit-elle honnêtement. « Make yourself at home, but I guess I don't need to say that anymore. There's icecream in the freezer. Triple chocolate, just the way you like it. » Elle oublie sa tenue, après tout elle louche depuis son arrivé sur le corps de Shepp, ils sont des amis, alors elle se dit qu'il vaut mieux que ce soit lui que quelqu'un d'autre. Non, elle a bien mieux à faire maintenant. Elle se dirige vers le congélateur, et regarde la glace, elle referme ensuite et s'approche de lui à nouveau. « You can't go to school like that. You're way too hot, the girls will all be chasing you! » La tête sur le côté elle se met à rire. « Do you need help with these? The instructions are seriously made in hell. You have to cut it and place it correctly for it to make sense. » Elle se rappelle ce jeux lorsqu'elle était gamine, Twister, avec les points de couleur et la roulette tout droit sortie de l'enfer. En devenant adolescente, ce jeux servaient pour les garçons avec un peu trop d'hormone. « If you have a table and a card game, we can play strip poker. So I can watch those abs a bit more. » Sur la rigolade bien évidemment. Stasy le sait, il n'est pas intéressé par les filles comme elle, intelligentes, timides, réservés. Il préfère sûrement celles qui marches avec vingts centimètre de talons hauts sans tomber au sol. Elle est bien loin de ça. « Hum, actually nevermind, forget it. It's a jumpsuit. That means... one piece. I'm fucked. » Son regard retourne sur lui alors qu'elle tente d'oublié les paroles de Kate sur lui. Comme s'il était possible à des milliers de kilomètre, qu'elle puisse reconnaître le 'regard du flirt'. Stasy s'asseoit au sol et regarde le plan, rassemblant les pièces une par une tentant de comprendre le tout et remarquant une tâche au sol. « Oh my god... Shepp, are you hurt? » Elle se retourne vers lui et prend ces mains remarquant la blessure sur son doigt. « Come here. » Elle pose gentiment un baisé sur son doigt et sourit doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Newt Gecko
― no guts, no glory.
avatar

Messages : 267
Date d'inscription : 02/07/2015
Id Card : kj apa (©hershelves).
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-two.
Job/studies : senior, history major.
Status : frostbitten.

WINGS OF A DREAM.
Money: trust fund baby.
Contacts:
Disponibilité :

MessageSujet: Re: hold me with your burning hands (r/shepp)   Dim 16 Aoû - 20:29

Les joues de son interlocutrice prennent une teinte rosée soutenue sous ses yeux. Il ne peut empêcher un retour en arrière, des années plutôt. Après un commentaire accidentellement similaire dont il ne se souvient plus de la teneur exacte, le visage de la jolie brune avait rapidement viré au pourpre. Une situation qui l’avait certainement amusé, lui, si bien qu’il s’est empressé de renouveler l’expérience chaque fois qu’il en a eu l’occasion. Et puis, sans qu’il ne comprenne quand ou comment ces sentiments étaient nés (ou même s’ils n’avaient toujours été là, latents et mystérieux), il s’est rendu compte qu'il faisait ce genre de remarques plus dans une optique comique mais bien parce qu'il les pensait. Parfois, il amuse Stasy. D'autres fois, il l'agace. Il arrive à sérieusement l’embarrasser, aussi. Là, ils rencontrent le dernier cas de figure alors qu'il la voit ramener ses bras contre sa poitrine. Ça l'aurait peut-être fait rire, fut un temps, mais ce n'est plus exactement le cas. « Hum.. thanks. I-hum. I did shopping with Kate. I wanted to upgrade.. I feel naked », finit-elle par avouer. Un silence gêné s'installe, il s'en veut de l'avoir mise mal à l'aise, même si le compliment a été sincère. Il se mordille la lèvre, réfléchissant à un moyen de rattraper le coup. « If you like the feeling you could really get naked. If not, I could get you a hoodie or something. » Il la voit s'en aller vers la cuisine alors qu'il reste simplement planté sur place en se disant qu'il parfois il ne la comprenait pas du tout. Ses suspicions se confirment quand elle revient et lui dit : « You can't go to school like that. You're way too hot, the girls will all be chasing you! ». Elle rit, complètement inconsciente de sa confusion. Les pensées se bousculent dans sa tête, un brouhaha dont il ne fait aucun sens si ce n'est un certain sentiment d'espoir malvenu. C'est toujours comme ça et c'est exactement ce qui l'empêche de tourner la page. Elle le tient dans ses filets, emprisonné dans son enchantement et elle ne le sait même pas. « Would you be jealous? », lui demande-t-il. Ce n'est pas comme s'il ne plaisait à personne, ce n'est pas là que réside le problèmes. Il a connu d'autres filles, en a vu certaines exclusivement mais n'a jamais pu s'abandonner vraiment à une relation quand Stasy hante son esprit comme elle le fait. Jamais personne d'autre n'a eu cet effet sur lui. « Cause you don't have to be. If there was an earthquake in my heart, you’d be the epicenter. » Il sourit, fier de ce petit clin d’œil au sujet d'étude de la jeune femme et de cette analogie plutôt adéquate. Il la regarde ensuite se lancer dans la contemplation des instructions d'un des meubles qu'il était occupé à monter. Si on peut dire ça comme ça. Une vraie calamité dans tout ce qui a attrait de près ou de loin au bricolage, c'est un intellectuel sans le moindre doute. « Do you need help with these? The instructions are seriously made in hell. You have to cut it and place it correctly for it to make sense. » Il est presque soulagé de voir qu'il n'est pas le seul à ne rien y comprendre. « I'm not sure. I mean if you're better at this than I am my ego might suffer lethal damage », dit-il en riant. Que Stasy sache s'y prendre avec un marteau et un tournevis ne l'étonnerait en rien et au point où il en est, toute aide est la bienvenue car il ne parviendrait sans doute jamais à tout assembler sans assistance. « If you have a table and a card game, we can play strip poker. So I can watch those abs a bit more. Hum, actually nevermind, forget it. It's a jumpsuit. That means... one piece. I'm fucked. » Son cœur fait un bon et il déglutit difficilement. Elle plaisante et il le sait, elle ne proposerait jamais ce genre de choses sérieusement, ce qui n'entrave en rien cette étincelle d'espoir qu'il peut sentir faiblement briller. Est-ce qu'on peut dire qu'il se fait des illusions s'il en est conscient ? Ou est-il simplement un idiot pour se raccrocher à rien qu'à de la fumée qui lui échappe entre les doigts. « You know what, let's drop the poker and just strip. No need to play a stupide game, if you want to see them you just ask. This body's all yours. » Il se tourne vers elle, de son air désinvolte habituel alors qu'elle s'assoit sur le sol et commence à étudier les pièces d'un meuble dont il a oublié la fonction. Il se laisse tomber lourdement à ses côtés. « Oh my god... Shepp, are you hurt? », demande-t-elle soudainement. Est-il blessé ? Oui, c'est vrai, il s'est légèrement coupé le doigt et a oublié de nettoyer la tâche du sang sur le sol. « It's nothing, just a scratch », dit-il en se levant pour aller chercher de quoi faire disparaître la goutte écarlate mais elle lui attrape les mains avant qu'il ne soit complètement levé, le forçant ainsi à se rasseoir. « Come here. » Et comme ça, tout doucement, elle pose un baiser sur son doigt blessé. Le contact est électrique, un courant qui se transmet dans tout son corps. Les lèvres de Stasy laissent comme une marque brûlante et instinctivement il retire sa main pour la libérer de son emprise. L'incompréhension la plus totale se lit certainement sur son visage, triomphant sur toutes les autres émotions qui bouillonnent en lui. « I'm never washing that hand again. » Il a un rire gêné. « Just kidding », finit-il, déboussolé. Pourquoi a-t-elle fait ça ? Que lui a-t-il pris ? Est-ce ce qu'on peut considérer comme un acte amical ? Quel sens donner à son geste ? Ses neurones cogitent faisant appel à ton son bon sens pour décrypter le message qu'il est censé recevoir. Les questions sont indénombrables, se bousculant dans sa tête pour ne donner naissance qu'à de nouvelles interrogations. Peut-être, se dit-il, qu'elle sait tout et qu'elle s'amuse seulement à le voir languir. « Did you just "mom" me ? » Les paroles s'échappent avant qu'il ne puisse les retenir. Il est ramené à sa figure maternelle qui n'a existé qu'à travers quelques lettres, la dernière en date reçue il y a quelques jours et a passé la nuit entière à lire et à relire inlassablement avant de l'ajouter à sa collection. Il peut difficilement nier un certain pincement au cœur qu'il ressent beaucoup plus violemment que voulu. Un nouveau rire gêné alors qu'il chasse ces idées au loin. « Well I'm not four, that won't work. » Stasy, sa mère biologique : ce n'est que trop à encaisser. Il essaye de penser à quelque chose, quoique ce soit, pour changer le sujet de conversation. Il se lève finalement, cette fois avec succès, faisant mine de fouiller un carton après un objet qu'il sait qu'il ne trouvera. « I might want to put something on it so doesn't get infected though... Did you have a nice summer? What about this boyfriend of yours? What was his name again? Craig?»

_________________
look: let’s go and splinter the stars.
let’s run until we can fit the light in our bodies
and teach it not to escape anymore.



Dernière édition par Shepp Czerny le Mar 18 Aoû - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: hold me with your burning hands (r/shepp)   Dim 16 Aoû - 21:21

Son regard rivé sur celui de Shepp, elle est heureuse de constater que toutes les tâches azur dans ces yeux n'ont pas disparu, de même que la pointe de ces lèvres, toujours aussi parfaite et rosé. Sa main voulant à tout prix retrouver le contact avec lui, elle s'abstient de commettre un geste déplacé qui ne ferait que rendre la situation embarrassante pour eux deux. « If you like the feeling you could really get naked. If not, I could get you a hoodie or something. » Son accoutrement n'était que le résultat d'un trop plein de temps dans les boutiques de Boston. Tous ces vêtements avaient semblé bien, sans grand dangé pour la civilisation, mais en réalité, il devait être se dont ces parents lui parlaient plus que souvent gamine; la tentation du diable. La rebelion. Mais ultimement, Stasy savait qu'une seule chose sur terre pourrait l'amener à pouvoir descendre au enfer. Et cette chose, est une personne qui se tient devant elle à cet instant. Si son souffle est coupé suite aux paroles qu'il prononce, ces joues reprennent leur dilemme quotidien de rougir. Ces muscles travaillant déjà à se serrer pour cacher le malaise lui parcourant le corps. « It's okay. I don't feel the need to hide with you... I feel good when I'm with you » Ces paroles émanent de sa bouche avec une douceur et une facilité peut-être trop vrai, qui la laisse surprise et silencieuse pendant plusieurs secondes, ces yeux relevant finalement le regard vers lui. « Would you be jealous? » Elle s’étouffe silencieusement avec sa propre salive et reste stupéfaite pendant un large moment. Jalouse.... Bien évidemment qu'elle est jalouse. Elle meurt de jalousie un peu plus chaque jour lorsqu'elle le croise dans les couloirs, entendant parfaitement bien toutes ces étudiantes avec un trop de vêtements sur leur corps frêles pousser ces gloussements en le voyant. Celles qui n'ont pas de cerveau et qui ne comprendrait pas le tier de la mentalité de Shepp. Rien qu'à y penser, elle est verte de jalousie. Il n'est cependant que son meilleur ami, et espéré plus de lui serait sujet de sotise. Après tout, ne dit-il pas toutes ces douces plaisanterie après une phrase digne d'un mec flirtant, pour alléger la situation et remettre le tout à l'ordre d'amis? « Cause you don't have to be. If there was an earthquake in my heart, you’d be the epicenter. » Elle baisse le regard avec un sourire sur ces lèvres, ne laissant pas ces dents êtres aperçu. Elle apprécie chaque paroles, chaque petite chose qui la fait jour après jour chavirer un peu plus. Il lui avait tellement manqué. Elle note qu'il a apparemment bien étudier, se souvenant de toutes informations sur ces études à elle. Puis vient l'histoire complexe de ce meuble franchement diabolique. « I'm not sure. I mean if you're better at this than I am my ego might suffer lethal damage » Stasy se met à rire. L'exagération faisait parti constante de ce corps de rêve et de cette mentalité encore bien plus intéressante qui se cachait derrière. C'était par ailleurs surprenant qu'il ne soit pas doué manuellement. Elle met le tout sur la faute de la nouvelle année scolaire et du trop plein de pensés dans sa tête. « You know what, let's drop the poker and just strip. No need to play a stupide game, if you want to see them you just ask. This body's all yours. » C'est avec un sourire et un gloussement qu'elle cache avec une main qu'elle hoche la tête en prenant note. Oh, elle n'hésiterait pas. Elle abuserait de ce pouvoir encore et encore. Jusqu'à ce qu'un jour il réalise ces arrières-pensés et la catégorise dans la section 'amitié' de sa vie. « It's nothing, just a scratch » Dit-il après qu'elle est remarqué le sang au sol et manque créer une apocalypse. Elle détestait le savoir blessé, peu importe la façon. Et si elle n'était pas aussi faible, elle aurait détruit cet outil dément pour avoir oser blesser le doigt de Shepp. Elle se retient de montré sa colère envers le marteau en fronçant le regard et se concentre sur ce doigt, posant un doux baisé. « Did you just "mom" me ? » Fuck. Elle ouvre les yeux et bafouille quelques syllabes abandonnant finalement en détournant le regard préférant changer de cible. Elle ne voulait pas le regarder, ou même réalisé que ce geste était déplacé. Elle tenait trop à lui pour qu'il se rende compte de ces sentiments grandissant. « Well I'm not four, that won't work. » Elle se sent stupide et reste au sol, décomposant lentement, comme un escargot entrant de nouveau dans sa maison, soit sa coquille. « I might want to put something on it so doesn't get infected though... Did you have a nice summer? What about this boyfriend of yours? What was his name again? Craig?» Greg, le petit ami britannique de sa meilleure amie qui lui servait de couverture pour ne pas se faire aborder par de mauvaises fréquentations. Stratagème qui avait servi de nombreuses années, dont elle ne voulait plus utiliser maintenant. Pas avec Shepp. Ce mensonge n'était pas vilain, mais il lui pesait sur la conscience. Peut-être qu'il réaliserait qu'il est fou amoureux d'elle si elle lui avoue la vérité? Non, ça ne risquait pas d'arriver, elle se faisait ces illusions. « I spent a lot of time with Kate and on Skype with that friend of mine. Shepp, you might know him. » Un sourire discret alors qu'elle replace une mèche avant de continuer dans le plus lourd. Une idée lui vient cependant. Psychologie retourner. « Why? Jealous much? » Dit-elle en empruntant un large sourire digne de Shepp, monté jusqu'au oreille, fière de son coup et d'elle par la même occasion. « Hum.. Actually, Greg isn't my boyfriend. He's Kate's.... I used to say this to keep the boys away. But... I never had a boyfriend since high school. » Un rire éclate alors qu'elle dit la vérité. « Too much of a geek. » Elle décide de changer de sujet et prendre le plan entre ces mains afin de regarder comment tout marche, où tel morceau se situe sur le schéma, de tout repéré du mieux qu'elle le peut. « I wanna help with this. We'll just have to pretend you did it, and I'll tell how amazing you are, of course. » Un large sourire parcours ces lèvres alors qu'elle lève le regard vers Shepp. Elle reste stupéfaite de remarquer sa beauté et de le désirer plus que jamais après un été complet sans le voir. Son premier depuis leur rencontre. Sa gorge se noue doucement alors que sa tête imagine péniblement leurs lèvres unes contre l'autre dans une danse effréné et sensuelle. Elle secoue la tête reprenant conscience. « I did really miss you... A lot. » Elle plaque la mèche devant son visage derrière son oreille et se surprend à sourire en le regardant. Il avait cet effet sur elle, comme l'apesanteur présente sur terre, retenant tout de bouger dans l'atmosphère. Comme la Lune et la Terre dansant ensemble. « What about you? Had a nice summer? » Précise-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: hold me with your burning hands (r/shepp)   

Revenir en haut Aller en bas
 
hold me with your burning hands (r/shepp)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hold me with your burning hands (r/shepp)
» Legend of the burning sands
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» (D11) ▲ how to kill with bare hands - pho&vi.
» Clap Your Hands [James & Pollo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paths of glory :: I - ALL THE LITTLE THINGS. :: RP/SUJETS-